spacer
Version imprimable
SANDY AMERIO / 2004
filet_moyen_n.gif
sandy-2.jpg










Storytelling-Hear Me, Children Yet-to-Be Born

exposition du 10 septembre au 31 octobre 2004

Programmation des films de Sandy Amerio : Waiting Time/Romania et Surfing on (our) History le 18 septembre 2004. Storytelling, projet engagé par Sandy Amerio à l'occasion de sa résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, a pris la forme de deux expositions parallèles autour du phénomène du storytelling (incluant StorytellingCommunities of Emotions à l’Espace Paul Ricard à Paris). Production de l'exposition Les Laboratoires d’Aubervilliers avec l’aide du Conseil Général de la Seine-Saint-Denis. Coproduction du film Hear me, Children Yet-To-Be-Born les Laboratoires d’Aubervilliers, AFAA programme de résidence 18th Street Arts Complex à Los Angeles 2003 et Allocation de Recherche et de Séjour en France et à l’Etranger (section vidéo) 2002. Acteurs: Nancye Ferguson, James C.Burns, Gaetane Maxwell, Rose Sarah Zivich – Voix-off: Black Sifichi

http://www.amerio.org

VINCENT EPPLAY / 2004
filet_moyen_n.gif
rocher.jpg










© La Box Bourges

Ébruitement des rochers parlants
installation sonore du 10 septembre au 31 octobre 2004
Concert le 6 octobre 2004

Dissimulé dans une bande de végétation aménagée pour la circonstance, un étrange petit théâtre sonique, constitué de microclimats, de bribes de voix, de borbo-rythmes, de présences animales ou végétales synthétiques et de brefs signaux d'une activité quotidienne suggérée. Production Les Laboratoires d’Aubervilliers, avec le concours du Ministère de la Culture et de la Communication – Centre National des Arts Plastiques / Fiacre.


JAN PETERS / 2004

filet_moyen_n.gif


Jan Peters est né en 1966 à Hannover. Il vit et travaille à Paris et Hambourg.


Chez Jan Peters, le film est toujours en création et en devenir. En s’inspirant de son ordinaire le cinéaste s’engage dans des enquêtes le plus souvent absurdes au travers desquelles il s’autorise de multiples associations. Avec une aisance imparable, il s’empare du hasard et des situations fortuites dans lesquelles l’ont mené ses pérégrinations, les filme, les commente avec virtuosité, par des envolées rhétoriques où se mêlent commentaires philosophiques, anecdotes personnelles et banalités. De cette avalanche de paroles et d’images, il produit des films montés sur le principe du cut-up, oscillant constamment entre tragédie et comédie, documentaire et fiction.
Accueilli aux Laboratoires d’Aubervilliers en 2004, il réalise le film 13 ou 14. ce projet vient compléter la série de films entamée par l’artiste en 1990 avec J’ai 24 ans. Ces films, à raison de un par an, adoptent la forme d’autoportraits : l’artiste enregistre son environnement quotidien et adjoint aux images captées moult observations. Pour 13 ou 14, Jan Peters a notamment puisé dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel, en mettant l’accent sur ses relations personnelles avec la France, pour ainsi couvrir les 24 premières années de sa vie.


filet_long_n.gif
13 ou 14
2004, 22 mn 45

peters13ou14.jpg





















Peut-on comprendre le sens de la vie si l’on ne comprend pas le temps ? Pourquoi la vidéo, qui permet le « rewind », ne permet-elle pas aussi de remonter l’histoire ? Et une horloge qui tourne à l’envers ? Les archives ont-elles une espérance de vie ? Par quel étrange phénomène la mémoire collective renvoie-t-elle à des souvenirs personnels ? La télévision peut-elle rendre pacifiste ? Que reste-t-il de nos amours ?
Aujourd’hui, Jan Peters a 39 ans. Le moment d’un regard en arrière, à travers ces images qu’il tourne de manière systématique depuis une quinzaine d’années. Mais surtout, l’occasion d’interroger la notion du temps qui passe. Une déambulation solitaire et nocturne dans les Laboratoires d’Aubervilliers, le lieu qui l’a invité en résidence, sera le point de départ d’une intime et curieuse réflexion métaphysique. À travers un commentaire à la première personne sur des archives d’émissions télévisées sélectionnées à l’Ina (Institut national de l’audiovisuel), Jan Peters propose une réflexion intérieure mêlant tendresse, philosophie, humour et nostalgie. Les images d’actualité des années 1980, autour de sujets se rapportant à son histoire personnelle, semblent alors illustrer les chemins et les détours d’un processus mental actif.
À toutes ces questions moins naïves qu’elles ne paraissent, Jan Peters ne propose finalement pas de réponses. À moins que celles-ci ne se trouvent dans la forme même du film : la projection circulaire, qui renvoie à l’image de la boucle du film, nous suggère que la vie est un éternel retour.

filet_long_n.gif

Le film 13 ou 14 a été sélectionné par de nombreux festival en France et à l’étranger (Festival Paris tout court, Paris ; Shadow Festival, Amsterdam, Pays-Bas ; Festival du court métrage de Clermont-Ferrand ; Festival Némo, Paris ; Festival Côté court en Seine-Saint-Denis, Pantin ; Festival Vision du réel, Nyon, Suisse ; International Short Film Festival, Vila do Conde, Portugal ; Avanca Festival, Portugal ; Lausanne Underground Film & Music Festival, Suisse, etc.) et primé au festival de Festival Vidéoforme (Clermont-Ferrand) – Prix de la création ainsi qu’à la Biennale de l’image en mouvement à Genève – Prix Point de vue.

installation vidéo sur le parvis des Laboratoires
10 septembre – 31 octobre 2004
Mais le sens de la vie, je ne l’ai encore pas trouvé
rétrospective 24 septembre 2004
18 films réalisés par Jan Peters, Hélèna Villovitch, David TV, de 1984 à 2004.

Production du film 13 ou 14 Les Laboratoires d’Aubervilliers. Coproduction avec le Parc de la Villette et l’Institut national de l’audiovisuel.


  spacer_bottom
les laboratoires
les projets
les projets réalisés
actualites tiret
ressources tiret
archive
archive
daubervillier